L’année 2017 sera celle du début de la relance économique en Tunisie, a indiqué Chedly Ayari, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), prévoyant la réalisation d’un taux de croissance oscillant entre 4,5% et 5%. «La Tunisie renouera, à partir de 2017, avec des taux de croissance acceptables qui permettront de sortir de la crise, a-t-il dit, à l’occasion du lancement, lundi, du rapport du fonds monétaire international (FMI) sur la croissance dans la région Moyen Orient et Afrique du Nord (MENA), en présence de la représentante résidente pour la Tunisie du FMI Giorgia Albertini.

Selon Ayari, l’année 2016, au cours de laquelle le taux de croissance devrait atteindre 2,5%, sera pour l’économie nationale, une préparation à l’année 2017 qui sera marquée par une transition économique et le début de sortie de la crise que le pays vit.

Le gouverneur de la BCT a indiqué que le taux de croissance en Tunisie sera de 4% en 2016, 4,6% en 2017, 5% en 2019 et 4,7% en 2020, selon les estimations du rapport du FMI.

Il a souligné qu’est dans son tort toute personne estimant que la Tunisie réalisera au cours des cinq prochaines années un taux de croissance à deux chiffres ou une moyenne de 7%, comme le laissent croire certains politiciens.

ET de relever que le taux d’inflation n’a pas cessé de baisser expliquant que ce dernier devrait atteindre 4,6%, à la fin de cette année, faisant remarquer que l’inflation s’établirait entre 3,7% et 3,9% en 2017.

En contrepartie, il a souligné que le taux d’inflation ne doit pas dépasser 4%, au cours des prochaines années, pour ne pas constituer un handicap à la croissance économique.

Le gouverneur de la BCT a recommandé d’oeuvrer à augmenter les exportations tunisiennes, moyennant l’amélioration de la production dans les secteurs stratégiques et le renforcement de la demande du produit tunisien sur les marchés extérieurs.

Il a, en outre, appelé à rationaliser les importations et réduire celles qui risquent d’allourdir les charges de la balance commerciale et de s’en tenir uniquement aux importations destinées aux biens d’équipements et à l’investissement.

Au début de son intervention, Ayari avait parlé de la situation économique dans la région du Moyen Orient Afrique du nord (MENA), expliquant que les pays émergents ou BRIC ( Brésil, Russie, Inde et Chine) ont des difficultés à réaliser des taux de croissance élevés, s’agissant notamment de la Chine.

Et d’ajouter que les pays émergents auraient du enregistrer en 2015, des taux de croissance plus élevés que ceux de 2014, sauf qu’ils ont connu plusieurs difficultés, estimant que la régression de la croissance de ces pays impactera le rythme de la croissance économique mondiale.

Le gouverneur de la BCT, a par ailleurs, précisé que les pays exportateurs de pétrole, en particulier ceux du Golfe connaissent, eux aussi, des problèmes économiques, surtout après la baisse des prix du pétrole en deça de 60 dollars le baril.

LAISSER UNE RÉPONSE