La Tunisie va adhérer au programme international de recherche « 4 pour 1000 », sur la séquestration du carbone dans les sols, une initiative de la France à l’occasion de la conférence de Paris sur le climat « COP21 », a déclaré, lundi, Saâd Seddik, ministre de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.

C’est un programme ayant pour objectif d’améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 pour 1000 par an.

Une telle augmentation suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète, d’après les initiateurs de ce programme.

Le ministre, qui intervenait à la conférence nationale sur la gestion durable des sols, a indiqué que l’adhésion à cette initiative va permettre d’agir sur les sols pour limiter les émissions de gaz à effet de serre en plus des actions prévues à d’autres niveaux (forêts, énergie, gestion de déchets…) Car, la restauration des terres dégradées, notamment, dans les régions arides et semi-arides permet de maintenir les sols riches en matière organique et concilie, ainsi, les objectifs de production agroalimentaire et les objectifs de durabilité, sachant que dans le cycle du carbone terrestre, le carbone organique représente le plus grand réservoir en interaction avec l’atmosphère.

D’après Seddik, le département agricole est en train d’élaborer un plan d’actions cohérent impliquant le cadre règlementaire, et ce dans l’objectif d’instaurer une gestion durable du sol, de valoriser les terres agricoles et de les protéger contre la dégradation.

La Tunisie perd, chaque année, entre 23 000 et 30 000 hectares de ses terres agricoles à cause de l’érosion, la salinisation, l’expansion urbaine et la surexploitation, a indiqué le directeur général des ressources de sol au ministère de l’Agriculture, Hédi Hamrouni.

L’expansion urbaine coûte, à elle seule, au pays environ 1000 hectares de terres agricoles chaque année, a-t-il dit.

Les terres agricoles s’étendent, en Tunisie, sur 10,5 millions hectares, dont 425 000 de périmètres irrigués qui contribuent de 40% à la production agricole.

La superficie des terres fertiles s’élève à 3,7 millions hectares.

La conférence sur la gestion durable des sols s’inscrit dans le cadre d’une série de conférences régionales organisées par la direction générale des sols, depuis début 2015 en célébration de l’année internationale des sols.

Participent à ces séminaires régionaux, des représentants de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), de la GIZ et des chercheurs dans le domaine des sols.

LAISSER UNE RÉPONSE