LE BARDO – Le chef du gouvernement Habib Essid a souligné que le remaniement ministériel était dicté par les exigences d’un surcroît d’efficacité de l’action du gouvernement et la concrétisation des orientations exposées devant l’ARP lors de la discussion du budget de l’Etat pour ‏.6102

S’exprimant lundi lors de la séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) consacrée au vote de confiance entérinant la composition de la nouvelle équipe gouvernementale, Habib Essid a exposé les motifs du remaniement se résumant en la restructuration de plusieurs ministères et le renforcement des conditions permettant de gagner la guerre contre le terrorisme.

Il s’agit également, selon lui, de consolider les facteurs de développement local et régional, de consacrer les attributs de la bonne gouvernance, de renforcer le dispositif des droits humains dans le cadre d’une approche participative avec la société civile et d’optimaliser l’exploitation des ressources naturelles.

Ce remaniement a été opéré après une évaluation approfondie du rendement du gouvernement et un diagnostic des lacunes, a-t-il justifié.

Il a été procédé aussi à l’identification des voies et moyens propres à répondre aux exigences d’une étape cruciale dans le processus de la deuxième République et à l’interaction continue avec les attentes de la collectivité nationale, a-t-il ajouté.

Habib Essid a salué les membres sortants du gouvernement pour leurs efforts dans l’accomplissement de leur mission dans une étape délicate.

Sur la suppression des postes de secrétaires d’Etat, le chef du gouvernement a expliqué que l’objectif était de « conférer davantage d’efficience à l’action du gouvernement ».

De nouvelles structures pourraient être créées chaque fois qu’un besoin se fait sentir pour concrétiser les programmes dans plusieurs secteurs vitaux, a-t-il dit.

Sur la séparation entre les affaires sécuritaires et locales au sein du ministère de l’Intérieur, Habib Essid a expliqué que cette décision intervient en concrétisation des dispositions du chapitre sept de la Constitution portant sur la décentralisation.

La séparation entre les deux départements permettra au ministère de l’Intérieur de se consacrer à la guerre contre le terrorisme et de garantir la sécurité des citoyens et de protéger les biens publics et privés, outre l’instauration des attributs de la sécurité républicaine.

Concernant la création d’un ministère de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption, Habib Essid a précisé que ce département aura pour mission le développement des législations, des règlements et des mécanismes capables d’atteindre les objectifs escomptés.

Il est question, aussi, de consolider les attributs de la bonne gouvernance et de renforcer la neutralité de l’administration en la préservant contre toute forme d’instrumentalisation politique.

Habib Essid considère, sur un autre plan, que la création d’un ministère de l’Energie et des mines a pour objectif de développer les domaines de prospection et d’investissement dans le domaine de l’énergie et de diversifier ses sources.

Il s’agit également d’optimiser la production des énergies renouvelables.

Dans ce sens, le chef du gouvernement a affirmé que les efforts seront axés sur le renforcement des programmes de maîtrise de l’énergie dans les secteurs de l’industrie, du transport et du tourisme, tout en garantissant la transparence et l’efficience au niveau de la gestion du secteur de l’énergie.

Le gouvernement œuvrera, également, a-t-il dit, en vue d’élever la part des énergies renouvelables de 3 à 12 pc à l’orée 2020 et de réduire le taux de densité énergétique de 3 pc par an.

Habib Essid a annoncé la création du poste de conseiller auprès du chef du gouvernement chargé des affaires des Tunisiens à l’étranger.

Il a ajouté que le projet de loi portant création d’un conseil national des Tunisiens à l’étranger sera bientôt soumis au parlement.

Ce conseil, a-t-il expliqué, émettra son avis sur la politique nationale en matière d’encadrement des Tunisiens établis à l’étranger et proposera des législations et des mécanismes pour renforcer leur participation au développement nationale.

Essid a, par ailleurs, assuré que tous les moyens et compétences seront mobilisés pour gagner le combat contre le terrorisme.

Le Chef du gouvernement a noté que l’année 2016 marquera le démarrage de l’application du premier plan quinquennal de développement de la 2e République qui sera soumis au parlement durant le premier trimestre de l’année en cours.

Ce processus sera couronné par l’organisation d’une conférence internationale pour présenter plusieurs projets d’envergure et mobiliser les ressources financières requises. A ce sujet, Habib Essid a estimé que les réformes et les mesures n’ont d’importance qu’avec la réhabilitation de la valeur du travail. Une responsabilité partagée entre toutes les forces vives de la nation, a-t-il dit. Habib Essid a démenti « tout calcul politicien » ayant motivé le dernier remaniement ministériel, soulignant le souci d’assurer la stabilité et l’efficience de l’action gouvernementale.

Auparavant, le président de l’ARP Mohamed Ennaceur avait mis en garde, à l’ouverture de la plénière, contre la dégradation de l’économie, des conditions sociales délicates et une situation sécuritaire « très difficile ». Il a insisté sur le besoin de conjuguer les efforts des institutions de l’Etat et de la société civile pour faire aboutir la jeune expérience tunisienne.

Mohamed Ennaceur a rappelé l’impératif de compléter la réalisation des objectifs de la révolution de la liberté et de la dignité, appelant partis politiques, organisations de la société civile, intellectuels et journalistes à assumer pleinement leur rôle historique en soutenant le processus d’édification et de réforme.

LAISSER UNE RÉPONSE