« Les dès sont jetés ». Comme prévu, rien de nouveau n’est sorti de l’entrevue entre le président de la République et Mohsen Marzouk ce lundi, chacun d’eux ayant campé sur ses positions. Sans doute était-il trop tard pour espérer un compromis. Les dissensions étaient trop profondes pour que les deux parties puissent reculer. Commentant la rencontre sur sa page facebook, l’ancien secrétaire général de Nidaa s’est contenté d’un «le projet continue», même si l’entretien a été qualifié de « franc et cordial » par une source proche de Marzouk. Ce dernier a assuré il y a quelques jours que le nouveau parti qui sera lancé le 2 mars apportera un soutien critique au gouvernement. En revanche, on ne sait pas s’il a confirmé l’invitation qu’i avait faite à Béji Caïd Essebsi d’assister à la séance d’ouverture de ce parti. Du côté de Nidaa Tounès, on a enregistré la démission du porte-parole, Abdelaziz Kotti après avoir eu la conviction que «le congrès de Sousse n’était pas la solution».

LAISSER UNE RÉPONSE