La Tunisie, premier pays à se doter des hélicoptères de combat américains Kiowa

Tunis va recevoir 24 appareils OH -58Ds au titre du programme de vente du surplus de l’armée américaine. L’accord, estimé à 100 millions de dollars, prévoit également les équipements, la formation et le soutien. Ces hélicoptères type Kiowa devraient constituer un atout pour la lutte contre le terrorisme.

ls ont été retirés du service actif au sein de l’armée de l’air américaine, plus exactement dans le 1er escadron de l’Armée, du 17e régiment de cavalerie à Fort Bragg (Caroline du Nord) : 24 hélicoptères Kiowa vont prendre un nouvel envol en Tunisie.

La Tunisie et la Croatie sont ainsi les premiers pays à recevoir ces hélicoptères de combat OH-58D Kiowa. La Tunisie retenue dernièrement pour en bénéficier, va mobiliser ces appareils dans la lutte contre les extrémistes isamistes, selon le ministère américain de la Défense.

Un vaste plan pour l’US Air Force

Dans le cadre de son « Initiative de Restructuration de l’Aviation » lancée en 2013, les forces armées américaines sont en train de céder environ 340 hélicoptères monomoteurs Bell OH-58D sur une période de trois ans.

Ces appareils de reconnaissance ne sont plus directement utile à l’US Air Force puisque les missions de reconnaissance armée sont transférées aux hélicoptères d’attaque Apache, combinés avec des avions sans pilote.

L’Agence de coopération en matière de défense et de sécurité, relevant du Pentagone (DSCA) avait informé dès le mois de mai le Congrès américain des possibles ventes à la Tunisie d’hélicoptères Kiowa.

Cette opération doit inclure les équipements, la formation et le soutien, pour un marché estimé à 100 millions de dollars.

24 hélicoptères pour la Tunisie
Selon la DSCA, ces hélicoptères « permettront d’améliorer la capacité de la Tunisie à mener des opérations de sécurité aux frontières et de combat contre les terroristes, y compris Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’organisation Daech, et Ansar al-Sharia (NDLR : organisation djihadiste basée en Libye en 2011) ».

 

LAISSER UNE RÉPONSE