Un nouveau Moniteur exhaustif place les modèles d’affaires des banques européennes sous les projecteurs


Le secteur bancaire européen a été examiné en profondeur dans une publication réalisée par le Centre international de recherche sur la finance coopérative (CIRFC) de HEC Montréal. Le Banking Business Models Monitor 2015 Europe, un Moniteur des modèles d’affaires bancaires pour l’Europe publié le 14 janvier 2016 au Parlement européen à Bruxelles, évalue la structure du secteur bancaire, à la lumière des changements dans l’environnement économique, législatif et réglementaire à la suite de la crise financière de 2007-2009 et la crise économique qui a suivie.

Les résultats détaillés de l’étude fournissent de nouvelles preuves sur de nombreux sujets clés concernant les banques européennes : l’interaction entre les modèles d’affaires et les structures de propriété, l’internationalisation, la migration, la performance financière et l’efficacité opérationnelle, la contribution à l’économie réelle, le risque ainsi que la réactivité vis-à-vis la réglementation et la supervision.

Dans l’ensemble, les résultats ont démontré qu’un système bancaire diversifié était plus résilient qu’un système convergeant vers un modèle d’affaires unique. « Le cas de la Belgique est révélateur », selon le Moniteur. « Avant la crise financière, le modèle d’affaires de banque d’investissement était dominant. Sans une intervention massive de l’État au début de la crise, le système bancaire se serait pratiquement effondré. »

Le Moniteur signale que les banques d’investissement en France, en Suisse et au Royaume-Uni ont également été surveillées pour éviter le scénario belge.

Les conclusions du Moniteur mettent aussi en lumière le décalage continu des indicateurs liés à la réglementation, en particulier le ratio du risque pondéré et le ratio de capital Tier-1, avec les risques sous-jacents des banques européennes.

En outre, il semble que les perceptions du marché aient été davantage alignées avec les points de vue des autorités de réglementation plutôt qu’avec la qualité intrinsèque du risque de la banque.

La surveillance continue des modèles d’affaires des banques est essentielle pour améliorer la compréhension de ce concept et, ultimement, pour détecter l’accumulation des risques au niveau systémique. « Il semble que dans chaque modèle d’affaires, il y ait des cas plus ou moins performants en fonction des conditions macro et micro économiques globales dans lesquelles les banques opèrent. D’autres recherches sont en cours sur la base de l’échantillon, des définitions et du cadre d’analyse de ce Moniteur afin de comprendre plus en profondeur les caractéristiques des banques les plus performantes au sein de chaque modèle d’affaires, caractéristiques vers lesquelles les banques les moins performantes devraient converger à long terme », selon le Moniteur.

Pour l’avenir, les auteurs du rapport souhaitent que l’analyse des modèles d’affaires bancaires puisse devenir un outil de prédiction pour les régulateurs et les superviseurs permettant de détecter les accumulations excessives de risque au niveau systémique sur une période de temps – en particulier lorsque les chocs externes ont été simulés, tels qu’un changement de politique monétaire en Europe ou une augmentation des taux d’intérêt. « Notre prévision est que les modèles d’affaires bancaires réagiraient différemment à ce choc; certains pourraient être plus résistants que d’autres », selon le Moniteur.

L’étude conclut en indiquant que la transparence et les pratiques de divulgation publique, qui étaient assez comparables entre les différents modèles d’affaires et qui concernaient de nombreuses petites banques, restaient une préoccupation importante.

Le Moniteur a été dirigé et co-écrit par Rym Ayadi, professeure au Département d’affaires internationales de HEC Montréal et directrice du Centre international de recherche sur la finance coopérative (CIRFC), et Willem Pieter De Groen, chercheur associé au CIRFC et chercheur à l’unité portant sur les établissements financiers et la politique prudentielle du Centre for European Policy Studies (CEPS).

Le Banking Business Models Monitor 2015 Europe est la première étude exhaustive produite par le Centre international de recherche sur la finance coopérative (CIRFC) de HEC Montréal. L’école de gestion de renommée internationale vise ultimement à développer un Moniteur mondial des modèles d’affaires des banques et des coopératives de services financiers. En outre, Mme Ayadi et son équipe projettent de répéter ce même exercice de suivi chaque année pour permettre une meilleure compréhension de l’évolution des modèles d’affaires des banques et leurs implications.

Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici. Veuillez également noter que Mme Ayadi est disponible pour des entrevues.

À l’occasion du Sommet international des coopératives, les principaux résultats seront présentés le mercredi 12 octobre à 14 h 15, au cours de la Rencontre sectorielle : Bancaire et services financiers. Rym Ayadi tiendra également un point de presse le même jour à 17 h 30 en salle 204AB.

LAISSER UNE RÉPONSE